Pourquoi l’anxiété vous empêche-t-elle de dormir ?

Nathan Lavinde

Nathan Lavinde

Je suis spécialisé en santé du sommeil chez Matelas-Ideal

                     En savoir Plus

Méthodologie de nos tests

Méthodologie de nos tests

Voici comment on test la literie française

Le Sommeil de A à Z

Le Sommeil de A à Z

Les dernières news sur la santé du sommeil

6 millions d’adultes français – 18% des personnes de 18 ans et plus – sont touchés par l’anxiété.

Parmi ces cas, 22% ont une anxiété sévère.

L’anxiété est une réponse humaine normale aux situations alarmantes et aux facteurs de stress de la vie, tels qu’un déménagement, un changement d’emploi ou une transition relationnelle. L’anxiété se caractérise par des sentiments d’inquiétude, de terreur et de malaise. L’anxiété affecte les réactions physiologiques, les pensées et le comportement, et peut causer un inconfort extrême.

La plupart des gens sont capables de gérer l’anxiété lorsqu’elle survient, et les sentiments disparaissent généralement rapidement. Mais pour d’autres, l’anxiété peut provoquer des symptômes persistants qui peuvent être classés comme un trouble anxieux.

Qu'est-ce que l'anxiété?

L’anxiété est une réponse à ce qui est perçu comme un événement effrayant, menaçant ou stressant. Le cerveau et le corps sont conçus pour se sentir anxieux dans certaines situations en tant que mécanisme de protection pour prévenir les dommages physiques ou émotionnels. L’anxiété est un outil évolutif important qui nous alerte du danger et des circonstances potentiellement dangereuses.

 Bien que l’anxiété puisse autrefois nous protéger des prédateurs et d’autres risques pour la sécurité, dans la vie moderne, l’anxiété est souvent dirigée vers le stress professionnel et familial ou des circonstances indépendantes de notre volonté .

L’anxiété provoque la libération d’hormones de stress et déclenche la réaction de combat ou de fuite du corps. ( 1 ) La réponse de combat ou de fuite active le système nerveux sympathique, qui prépare le corps à combattre ou à fuir une menace. L’anxiété, la colère et d’autres réactions primitives de la réaction de combat ou de fuite proviennent de l’amygdale, un groupe de noyaux en forme d’amande dans le cerveau. 

Au cours de cette réponse, le corps subit un certain nombre de changements rapides, tels que les suivants :

  • Le flux sanguin vers les muscles augmente de 300 %
  • Les pupilles se dilatent pour laisser entrer plus de lumière
  • Le flux de salive et la digestion diminuent à mesure que le flux sanguin est détourné vers les muscles
  • La pression artérielle augmente pour fournir aux muscles de l’énergie et de l’oxygène
  • L’adrénaline est libérée pour permettre au corps de bouger et au cerveau de penser plus rapidement
  • La transpiration augmente pour refroidir le corps en cas de vol

L’anxiété peut survenir en réponse à des menaces réelles ou imaginaires et a des effets mentaux et physiologiques dommageables lorsqu’elle devient chronique. 

Le système nerveux peut devenir activé de manière persistante, entraînant une perturbation de la digestion, du sommeil, de la régulation émotionnelle et de la réponse immunitaire . ( 2 )

Remarque : Le contenu de Matelas-Ideal est censé être de nature informative, mais il ne doit pas remplacer les conseils médicaux et la supervision d’un professionnel qualifié. Si vous pensez souffrir d’un trouble du sommeil ou d’un problème médical, veuillez consulter immédiatement votre fournisseur de soins de santé.

Symptômes d'anxiété

Lorsque les gens souffrent d’anxiété, ils souffrent généralement d’une combinaison d’effets physiques et psychologiques. ( 3 ) 

Les symptômes d’anxiété sont généralement considérés comme pénibles et peuvent inclure :

  • Une incapacité à se concentrer
  • Anticipation effrayante
  • Conscience ou vigilance élevée
  • La nausée
  • Perte d’appétit
  • Transpiration
  • L’incapacité de s’endormir, de rester endormi ou de se rendormir

Certaines personnes anxieuses ressentent des étourdissements, des tensions musculaires ou un cœur battant.

D’autres peuvent pleurer ou trembler. L’hyperventilation est un signe courant d’anxiété qui peut provoquer des étourdissements et des évanouissements. 

L’anxiété est l’une des causes les plus fréquentes de consommation excessive d’alcool, de tabac et de drogue .

 Les symptômes peuvent être si pénibles que la peur de l’anxiété peut elle-même être un déclencheur d’anxiété.

Causes d'anxiété

Presque tout, de la peur des oiseaux à la prise de parole en public, peut causer de l’anxiété. 

Certains des déclencheurs les plus courants incluent :

  • Stress au travail
  • Les transitions de la vie telles que le déménagement, le mariage ou le divorce
  • Difficulté financière
  • Stress relationnel
  • Handicap physique ( 4 )
  • Deuil ou peur de perdre
  • Tests ou traitements médicaux
  • Effets secondaires d’un médicament ou d’un médicament

L’anxiété est courante chez les personnes qui souffrent de dépression et d’autres troubles mentaux tels que le trouble bipolaire, le trouble de la personnalité limite et la schizophrénie.

 L’anxiété peut être l’une des caractéristiques les plus pénibles des troubles mentaux de tous types.

L’anxiété peut également être causée par le stress physique dû à certaines maladies, à la haute altitude ou au manque d’oxygène dû à l’asthme ou à d’autres maladies pulmonaires .

La maladie en phase terminale et la douleur chronique sont d’autres causes fréquentes d’anxiété extrême.

Types d'anxiété

Bien que les symptômes d’anxiété soient généralement similaires quel que soit le déclencheur, il existe plusieurs types distincts d’anxiété, classés par le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM-5) .

Voici quelques-uns des plus courants :

Désordre anxieux généralisé

TAG

Les personnes qui souffrent d’anxiété sans raison particulière peuvent souffrir d’un trouble d’anxiété généralisée ou TAG. Bien que l’apparition du TAG puisse survenir à tout moment, de l’ enfance à la vieillesse, l’apparition moyenne se situe au début de la vingtaine.

La cause exacte du trouble n’est pas connue, mais des facteurs génétiques ou liés au sexe peuvent augmenter le risque .

Les personnes atteintes ressentent de l’anxiété presque tous les jours pendant six mois ou plus. Dans de nombreux cas, le TAG peut survenir avec d’autres troubles anxieux, tels que les phobies, le trouble panique ou le trouble de stress post-traumatique. ( 5 )

Symptômes

Les symptômes du trouble d’anxiété généralisée peuvent inclure :

  • Fatigue
  • Difficulté de concentration
  • Agitation, irritabilité
  • Difficulté à dormir
  • Maux de tête
  • Douleurs ou tensions musculaires

Diagnostic

Pour recevoir un diagnostic de TAG, une personne souffrant d’anxiété doit répondre aux critères énumérés dans le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux, ou le DSM-5. Ce critère comprend :

  • Anxiété ou inquiétude sur une période de plus de six mois
  • L’incapacité à gérer ces symptômes
  • Au moins trois des événements suivants doivent survenir (un seul chez l’enfant) : agitation, fatigue facile, troubles de la concentration, irritabilité, tension musculaire, troubles du sommeil
  • Les symptômes entraînent des difficultés de fonctionnement
  • Les symptômes ne sont pas dus à des médicaments, à des drogues ou à un autre problème de santé
  • Les symptômes ne sont pas mieux décrits par un autre problème psychiatrique tel que le trouble panique

Traitement

Les options de traitement du TAG peuvent inclure la thérapie cognitivo-comportementale ou la TCC.

La TCC peut aider les personnes souffrant de TAG à identifier les pensées ou les comportements nocifs et à apprendre à les modifier.

Des médicaments tels que les benzodiazépines peuvent être prescrits pour un traitement de courte durée ou occasionnel. Les antidépresseurs tels que les ISRS peuvent également être utiles. 

Les traitements naturels pour le TAG comprennent la méditation, le yoga, l’exercice aérobique et des suppléments naturels comme la racine de valériane, la mélisse et la passiflore .

Trouble obsessionnel compulsif

SO SleepEdu Anxiété TOC

Le trouble obsessionnel compulsif, ou TOC, se caractérise par une préoccupation pour une pensée ou une préoccupation particulière.

 Le TOC affecte plus de 2 millions d’Américains et peut avoir un impact disproportionné sur les personnes souffrant d’autres problèmes psychologiques, tels que les troubles de l’alimentation ou la dépression .

Symptômes

Les personnes souffrant de TOC peuvent croire que quelque chose est impur, dangereux ou désorganisé. Les signes d’un comportement obsessionnel incluent l’inquiétude de savoir si la porte est verrouillée ou le fer à repasser débranché, ou la peur d’être contaminé par des objets que d’autres ont touchés.

 Certains peuvent ressentir du stress parce que les articles ne sont pas soigneusement pliés, alignés correctement ou disposés correctement. ( 6 )

Les personnes atteintes de TOC sont généralement incapables d’ignorer leurs préoccupations ou de modifier leur comportement sans aide .

Le trouble les oblige à répéter une action de manière rituelle dans le but de résoudre ou d’éliminer l’obsession. En conséquence, ils peuvent nettoyer de manière compulsive, diviser les choses en nombres pairs ou organiser des objets.

Les signes de TOC incluent des mains crues à la suite de lavages répétés, de vérifications répétées qu’une porte est verrouillée ou de pliage d’objets d’une manière spécifique.

 La compulsion peut temporairement soulager l’anxiété ou donner à la victime un sentiment de contrôle de courte durée.

Bien que les personnes souffrant de TOC réalisent souvent que leur comportement est anormal et leur cause de la détresse, elles sont incapables de s’arrêter.

 Bien que la majorité des cas de TOC impliquent à la fois l’obsession et la compulsion, certaines personnes n’en ressentent qu’un seul .

Le TOC affecte à la fois les adultes et les enfants et débute généralement entre 18 et 20 ans. Certains cas commencent dans la petite enfance.

 Le trouble interfère souvent avec le travail, l’école et les relations. ( 7 )

La recherche suggère que le TOC peut être lié à un déséquilibre des niveaux de sérotonine dans le cerveau et peut avoir une composante génétique.

Diagnostic

Les critères diagnostiques du DSM-5 pour le TOC sont les suivants :

  • Présence d’obsessions, de compulsions ou les deux
  • Pensées, pulsions ou images récurrentes et persistantes qui sont ressenties, à un moment donné au cours de la perturbation, comme intrusives et indésirables, et qui chez la plupart des individus provoquent une anxiété ou une détresse marquée
  • L’individu tente d’ignorer ou de supprimer ces pensées, pulsions ou images, ou de les neutraliser avec une autre pensée ou action
  • Les compulsions sont définies comme des comportements répétitifs que l’individu se sent poussé à adopter en réponse à une obsession ou selon des règles qui doivent être appliquées de manière rigide. Les comportements ou les actes mentaux visent à prévenir ou à réduire l’anxiété ou la détresse, ou à prévenir un événement ou une situation redoutée
  • Les obsessions ou les compulsions prennent du temps ou causent une détresse cliniquement significative ou une altération du fonctionnement social, professionnel ou d’autres domaines importants
  • Les symptômes obsessionnels compulsifs ne sont pas attribuables aux effets physiologiques d’une substance.
  • La perturbation ne peut pas être expliquée par les symptômes d’un autre trouble mental

Traitement

La prévention de l’exposition et de la réponse, ou ERP, est considérée comme l’un des moyens les plus efficaces de traiter la maladie . ( 8 )

 Cette méthode de traitement expose l’individu à plusieurs reprises à ce qui cause son obsession.

Lorsqu’un patient commence à réagir de manière compulsive, il lui est demandé de résister activement jusqu’à ce que le sentiment d’anxiété commence à s’estomper.

Les médicaments peuvent ou non être utilisés en conjonction avec l’ERP.

Trouble panique

Graphique de trouble panique

Le trouble panique se caractérise par des sentiments soudains et extrêmes de panique ou de terreur.

 La terreur du trouble panique est généralement décrite comme écrasante et provoque un inconfort extrême .

Symptômes

Les symptômes courants du trouble panique peuvent inclure des tremblements, des douleurs dans la poitrine, des étourdissements et une accélération du rythme cardiaque.

Cela peut également rendre la respiration difficile et la victime peut se sentir étourdie ou s’évanouir. ( 9 )  

Les symptômes culminent généralement environ dix minutes après le début de l’épisode .

Cette poussée soudaine de terreur intense s’appelle une attaque de panique. Les attaques de panique qui surviennent fréquemment sont considérées comme un trouble panique.

Le trouble panique peut entraîner des problèmes connexes, tels que ne pas quitter son domicile de peur d’avoir une attaque de panique.

Les troubles paniques surviennent plus fréquemment chez les femmes que chez les hommes et débutent le plus souvent vers l’âge de vingt-cinq ans. Le trouble panique a tendance à être héréditaire, mais la cause exacte reste inconnue.

Diagnostic

Les critères du DSM-5 pour le diagnostic du trouble panique comprennent :

  • La personne subit des attaques de panique inattendues récurrentes, qui sont des sentiments brusques de peur ou d’inconfort intenses qui culminent en quelques minutes. Pendant ce temps, au moins quatre des symptômes suivants apparaissent :
  1. Palpitations ou accélération du rythme cardiaque
  2. Transpiration anormale
  3. Tremblement ou tremblement
  4. Cas d’essoufflement ou sensation d’étouffement
  5. Sentiments d’étouffement
  6. Douleur ou inconfort thoracique
  7. Nausées ou douleurs abdominales
  8. Vertiges ou évanouissements
  9. Frissons ou bouffées de chaleur
  10. Engourdissement ou fourmillement
  11. Déréalisation (sentiments d’irréalité) ou dépersonnalisation (sentiment de détachement de soi)
  12. Peur de perdre le contrôle ou de « devenir fou »
  13. Peur de la mort
  • Une ou plusieurs crises sont suivies d’un mois (ou plus) de l’un ou des deux des éléments suivants : inquiétude persistante à l’idée d’avoir plus d’attaques de panique et/ou leurs conséquences (par exemple, avoir une crise cardiaque) et/ou un changement anormal important dans le comportement en réponse aux attaques, comme l’évitement de situations inconnues
  • La perturbation ne peut pas être attribuée aux effets physiologiques d’une substance, comme un médicament ou un médicament, ou à une autre condition médicale
  • La perturbation ne peut pas être mieux expliquée par un autre trouble mental, tel que le trouble d’anxiété sociale ou une phobie spécifique qui peut impliquer des attaques de panique

Traitement

En règle générale, le diagnostic de trouble panique implique un examen approfondi, un examen des antécédents médicaux, ainsi qu’un entretien et une évaluation par un fournisseur de soins de santé mentale .

 L’affection peut être traitée à l’aide de psychothérapie, de techniques de relaxation, de thérapie cognitivo-comportementale et/ou de médicaments .

Certains cas résistants peuvent nécessiter une approche thérapeutique à plusieurs volets. ( 10 )

Phobies

SO SleepEdu Anxiété Phobies

Les phobies impliquent des sentiments de peur intense associés à certains objets, êtres vivants ou situations, tels que les chiens, les petits espaces ou la solitude. 

Ce type de peur spécifique est connu sous le nom de phobie et affecte des millions d’Américains chaque année .

Le début peut survenir à tout âge et peut être déclenché par la génétique ou une expérience effrayante avec l’objet de la peur. ( 11 )

Symptômes

Les symptômes des phobies comprennent un rythme cardiaque rapide, une transpiration abondante, un sentiment d’anxiété accablant, des attaques de panique ou une incapacité à contrôler ses muscles.

Différentes phobies affectent les personnes atteintes de différentes manières.

Une phobie peut empêcher une personne atteinte de poursuivre une carrière particulière, de voyager ou de profiter de certaines activités avec sa famille et ses amis .

Diagnostic

Bien qu’aucun test de laboratoire ne puisse diagnostiquer une phobie, une personne doit répondre aux critères du DSM-5 pour être diagnostiquée avec cette maladie. 

Ces critères comprennent :

  • Peur ou anxiété marquée à propos d’un objet ou d’une situation spécifique
  • L’objet ou la situation phobique provoque presque toujours une peur ou une anxiété immédiate
  • L’objet ou la situation phobique est évité ou subi avec une peur ou une anxiété intense
  • La peur ou l’anxiété est hors de proportion avec le danger réel posé par l’objet ou la situation spécifique
  • La peur, l’anxiété ou l’évitement sont persistants et durent généralement six mois ou plus
  • La peur, l’anxiété ou l’évitement provoquent une détresse cliniquement significative ou une altération du fonctionnement social, professionnel ou d’autres domaines importants
  • La perturbation n’est pas mieux expliquée par les symptômes d’un autre trouble mental, y compris la peur, l’anxiété et l’évitement des situations associées à des symptômes de panique, des rappels d’événements traumatisants ou des situations sociales

Traitement

Le traitement peut impliquer une thérapie d’exposition et une thérapie cognitivo-comportementale. ( 12 )

 Les médicaments peuvent aider à court terme ou en fonction de la situation, mais ne constituent généralement pas une solution à long terme pour le trouble.

Trouble de stress post-traumatique

SO SleepEdu Anxiété SSPT

Souvent appelé TSPT, le trouble de stress post-traumatique peut survenir après qu’une personne a vécu un événement mettant sa vie en danger ou traumatisant.

 Les causes courantes du TSPT incluent le viol ou les agressions sexuelles, les combats militaires, les abus, les accidents graves, les catastrophes naturelles ou les attaques terroristes .

Symptômes

Il n’est pas anormal qu’une personne subisse une forme de préjudice émotionnel à la suite d’un événement traumatisant, mais l’impact devrait s’atténuer avec le temps.

Certaines personnes, cependant, peuvent souffrir de symptômes persistants tels que des flashbacks ou des cauchemars , une anxiété extrême ou des réactions telles que l’agressivité, la honte ou la culpabilité. ( 13 )

D’autres symptômes du trouble incluent des sentiments d’engourdissement émotionnel, de désespoir et des difficultés avec les relations étroites .

Le début peut survenir à tout âge et doit durer plus d’un mois et interférer avec le fonctionnement quotidien pour être considéré comme un TSPT.

Diagnostic

Les personnes atteintes doivent également répondre aux critères du DSM-5 pour la condition, qui incluent les suivants :

  • La personne a été exposée à : la mort, une menace de mort, une blessure grave réelle ou menacée, ou une violence sexuelle réelle ou menacée, par exposition directe, témoin du traumatisme, apprenant qu’un parent ou un ami proche a été exposé à un traumatisme, ou exposition indirecte à des détails du traumatisme, généralement dans le cadre de fonctions professionnelles
  • L’événement traumatique est revécu de manière persistante à travers des souvenirs bouleversants indésirables, des cauchemars, des flashbacks, une détresse émotionnelle après exposition à des rappels traumatisants et/ou une réactivité physique après exposition à des rappels traumatisants
  • Évitement des stimuli liés au traumatisme, y compris les pensées, les sentiments ou les rappels
  • Pensées ou sentiments négatifs qui ont commencé ou se sont aggravés après le traumatisme, y compris l’incapacité de se souvenir des principales caractéristiques du traumatisme, des pensées et des hypothèses trop négatives sur soi-même ou sur le monde, un blâme exagéré envers soi-même ou les autres pour avoir causé le traumatisme, un intérêt moindre pour les activités, et se sentir isolé
  • Éveil et réactivité liés au traumatisme qui ont commencé ou se sont aggravés après le traumatisme, y compris l’irritabilité ou l’agressivité, un comportement à risque ou destructeur, une hypervigilance, des difficultés de concentration, des difficultés à dormir

Traitement

Le traitement du TSPT peut impliquer une thérapie d’exposition, une désensibilisation et un retraitement des mouvements oculaires (EMDR), une thérapie cognitivo-comportementale et/ou des médicaments.

Le traitement peut être prolongé, mais il peut être assez efficace pour réduire les symptômes et améliorer la qualité de vie .

Phobie sociale / Anxiété sociale

SO SleepEdu Anxiété SocialAnxiété

L’anxiété sociale se caractérise par une peur, une détresse et une anxiété excessives dans des situations sociales ou en parlant en public. ( 14 )

Ce type d’anxiété peut apparaître au début de l’adolescence et peut être causé par une expérience sociale négative, la peur d’être gêné devant les autres ou de faibles compétences sociales. 

La génétique ou un dysfonctionnement de la réponse de combat ou de fuite peuvent également contribuer à la maladie .

Symptômes

Malgré la prise de conscience du problème, les personnes qui souffrent de phobie sociale sont incapables de surmonter leur anxiété et peuvent éviter complètement les activités sociales.

D’autres symptômes incluent une tension musculaire, une transpiration, des tremblements ou des tremblements, des maux d’estomac, de la diarrhée et même de la confusion.

Les symptômes peuvent survenir avant ou pendant le travail. à l’école ou lors d’événements sociaux, ou lorsque vous prévoyez de rencontrer de nouvelles personnes.

Diagnostic

Les critères du DSM-5 pour le diagnostic de phobie sociale ou d’anxiété comprennent :

  • Une peur persistante d’une ou plusieurs situations sociales ou de performance dans lesquelles la personne est exposée à des personnes inconnues ou à un éventuel examen minutieux.
  •  L’individu craint d’agir d’une manière qui sera embarrassante et humiliante
  • L’exposition à la situation redoutée provoque de l’anxiété, qui peut prendre la forme d’une attaque de panique
  • La personne reconnaît que la peur est déraisonnable ou excessive
  • Les situations redoutées sont évitées ou subies avec une anxiété et une détresse intenses
  •  L’évitement, l’anticipation anxieuse ou la détresse interfèrent de manière significative avec la routine normale, le fonctionnement professionnel ou les activités ou relations sociales de la personne, ou il existe une détresse marquée à l’idée d’avoir la phobie
  • La peur, l’anxiété ou l’évitement sont persistants et durent généralement six mois ou plus
  • La peur ou l’évitement n’est pas dû aux effets physiologiques directs d’une substance telle que des drogues ou des médicaments, ou à une autre condition médicale

Traitement

Il existe plusieurs méthodes potentielles de traitement du trouble d’anxiété sociale, notamment la thérapie cognitivo-comportementale et les médicaments .

Dans certains cas, le traitement peut impliquer une combinaison de ces options. L’hypnose peut être une option pour certaines personnes, ainsi que des traitements alternatifs tels que l’imagerie guidée et des exercices de relaxation.

Anxiété et sommeil

L’incapacité à dormir est l’un des effets secondaires les plus courants ressentis par les personnes qui souffrent d’anxiété .

La privation de sommeil peut affecter la régulation de l’humeur et le fonctionnement psychologique, déclenchant ou exacerbant l’anxiété.

Un mauvais sommeil peut également avoir un impact sur la capacité de fonctionner au travail ou à l’école et augmenter le risque d’accidents de la route et du travail.

L’anxiété peut amener le système nerveux à rester dans un état activé, ce qui rend la relaxation difficile . ( 15)

  Les niveaux d’hormones de stress telles que le cortisol et l’adrénaline peuvent rester élevés, les fréquences cardiaques et respiratoires peuvent augmenter et les muscles peuvent être tendus.

Les pensées de course sont courantes chez les personnes anxieuses qui ont du mal à s’endormir et à rester endormies.

Pour aider à soulager les symptômes d’anxiété et favoriser le sommeil, essayez les conseils suivants :

  • Gardez un horaire de sommeil et de réveil cohérent. Allez vous coucher et réveillez-vous à la même heure chaque nuit pour réguler le rythme circadien et établir un rythme de sommeil sain
  • Évitez la caféine, l’alcool et les repas copieux avant de vous coucher
  • Renoncez aux siestes. La sieste peut réduire l’endormissement et rendre l’endormissement plus difficile
  • Faites de l’heure du coucher une expérience apaisante. Détendez-vous pendant au moins une heure avant de vous coucher en lisant, en pratiquant le yoga léger, en méditant et en éteignant les appareils électroniques. Les appareils électroniques émettent de la lumière bleue, qui peut arrêter ou réduire la libération de mélatonine, également appelée « hormone du sommeil ». Si vous devez utiliser des appareils électroniques, essayez de porter des lunettes de protection bleues pour minimiser la quantité de lumière bleue qui atteint vos yeux
  • Essayez l’exercice de respiration 4-7-8. Aussi, connue sous le nom de « respiration relaxante », la respiration 4-7-8 vous permet de vous concentrer sur une activité apaisante plutôt que sur des pensées qui pourraient vous tenir éveillé. La respiration 4-7-8 consiste à inspirer pendant quatre secondes, à retenir votre souffle pendant sept secondes, à expirer pendant huit secondes, puis à répéter le processus. Ce modèle de respiration peut aider à réduire l’anxiété, à détendre le corps et à faciliter l’endormissement
  • Essayez une couverture lestée. Les couvertures lestées sont conçues pour aider à réduire l’anxiété et à augmenter le sentiment de sécurité
  • Exercice régulier. Un exercice vigoureux constant peut aider à réduire la tension musculaire, à diminuer les niveaux d’hormones de stress et à augmenter les niveaux d’endorphines et d’autres produits chimiques relaxants dans la circulation sanguine
  • Si l’anxiété ou d’autres problèmes de sommeil persistent, consultez un médecin ou un spécialiste du sommeil. La plupart des problèmes de sommeil peuvent être traités et/ou considérablement améliorés avec le bon diagnostic et le bon traitement

Dernier mot de Matelas-Ideal

L’anxiété est l’une des causes les plus courantes de troubles du sommeil. De nombreux cas d’anxiété sont des réponses temporaires à des événements ou à des transitions de la vie .

Cependant, une certaine anxiété est plus persistante et peut être classée comme un trouble distinct. Un diagnostic et un traitement appropriés peuvent aider à soulager les symptômes, y compris les troubles du sommeil communs à presque tous les types d’anxiété.

Les références

  1. R.  McCarty,  The Fight-or-Flight: A Cornerstone of Stress Research, Stress: Concepts, Cognition, Emotion, and Behavior , 2016
  2. Martin EI, Ressler KJ, Binder E, Nemeroff CB., The Neurobiology of Anxiety Disorders: Brain Imaging, Genetics, and Psychoneuroendocrinology, The Psychiatric Clinics of North America , septembre 2009
  3. Bystritsky A, Khalsa SS, Cameron ME, Schiffman J., Current Diagnosis and Treatment of Anxiety Disorders, P & T : a peer-reviewed journal for formary management , janvier 2013
  4. Eric J.  Lenze  M.D. et al.,  The Association of Late-Life Depression and Anxiety With Physical Disability: A Review of the Literature and Prospectus for Future Research, The American Journal of Geriatric Psychiatry , printemps 2001
  5. Ayelet Meron Ruscio, Comparaison transversale de l’épidémiologie du  trouble d’  anxiété généralisée DSM-5 à travers le monde, JAMA Psychiatry , mai 2017
  6. Pinto A, Mancebo MC, Eisen JL, Pagano ME, Rasmussen SA., The Brown Longitudinal Obsessive Compulsive Study: Clinical Features and Symptoms of the Sample at Intake, The Journal of Clinical Psychiatry , 6 février 2012
  7. Gerald Nestadt, Une étude familiale sur les troubles obsessionnels compulsifs, JAMA Psychiatry , avril 2000
  8. Jürgen Hoyer, et al., Worry Exposure versus Applied Relaxation in the Treatment of Generalized Anxiety Disorder, P sychotherapy and Psychosomatics , 11 février 2009
  9. Kim YK., Trouble panique : approches actuelles de recherche et de gestion, Enquête psychiatrique , janvier 2019
  10. Chen MH, Tsai SJ., Trouble panique résistant au traitement : signification clinique, concept et gestion, Progrès en neuro-psychopharmacologie et psychiatrie biologique , octobre 2016
  11. Ollendick TH, Raishevich N, Davis TE 3rd, Sirbu C, Ost LG., Phobie spécifique chez les jeunes : phénoménologie et caractéristiques psychologiques , thérapie comportementale , mars 2010
  12. A Ghosh, contact avec un thérapeute et résultat du traitement d’auto-exposition pour les phobies : une étude contrôlée, British Journal of Psychiatry , 2 janvier 2018
  13. Iribarren J, Prolo P, Neagos N, Chiappelli F., Trouble de stress post-traumatique : recherche fondée sur des données probantes pour le troisième millénaire,  médecine complémentaire et alternative fondée sur des données probantes , décembre 2005
  14. CZ  Musa,  Aspects cognitifs de la phobie sociale : une revue des théories et des recherches expérimentales, European Psychiatry , février 2000
  15. Pasquale K. Alvaro, et al., Une revue systématique évaluant la bidirectionnalité entre les troubles du sommeil, l’anxiété et la dépression, Sommeil , juillet 2013

Quiz sur le matelas

-Trouvez votre matelas parfait-

Vous cherchez à améliorer votre matelas, mais vous ne savez pas par où commencer ?

L'équipe Matelas-Ideal

équipe matelas-ideal

Notre mission est simple : nous voulons vous aider à obtenir un sommeil incroyableEt comment pourriez-vous demander ?

En effectuant non seulement des recherches approfondies sur le sujet lui-même, mais en testant personnellement les dizaines de matelas, oreillers, couvertures, draps et gadgets sur le marché qui prétendent améliorer la qualité de votre sommeil.

Fondé en 2021, nous visons à fournir la ressource de sommeil la plus fiable et la plus complète disponible.

Le réseau d’experts Matelas-Ideal est composé d’éminents experts de l’industrie du sommeil et d’autres professionnels du sommeil.

Nos experts comprennent des psychologues du sommeil de premier plan, des créateurs de produits de pointe pour le bien-être du sommeil et des médecins certifiés et spécialisés dans les troubles du sommeil.

 D’autres ont mis en place des pratiques bien connues consacrées au sommeil des enfants et à des affections liées au sommeil telles que les douleurs au cou et au dos.

Nos experts contribuent aux meilleures revues médicales et parlent de la science du sommeil et du bien-être en France et à l’étranger.

Nos experts

Promotions sur les meilleurs matelas

*Lien d’affiliation – Nos articles ne sont pas sponsorisés et sont écrits par nos testeurs indépendants. Nous pouvons toutefois toucher une commission si vous achetez un produit via nos liens, par exemple via le bouton “Acheter maintenant”. Cette contribution nous permet de payer les frais de gestion de ce site. Le prix d’achat de ces produits n’est pas impacté à la hausse du fait de ces liens.

Testé, dormir, testé, dormir. C’est tout simplement notre devise. Notre équipe est dévoué à vous trouver des bonnes affaires, à vous conseiller du mieux possible et à vous transmettre tout notre savoir !

Code Promo

Nous avons avons collecté des codes promo exclusifs auprès des plus grands vendeurs de literie français donc n’attendez plus et venez dès maintenant choisir le votre pour faire votre futur et faire des économies grâce à nous !

Abonnez vous aujourd'hui !

Recevez les dernières offres, remises, avis et cadeaux !

www.matelas-ideal.fr |

Retour haut de page